Publié le 26 Octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jeune chanteur hyper populaire en France, sacré meilleur artiste masculin de 2016 aux Victoires de la musique, Vianney est pratiquement inconnu au Québec. Mais c’est sur le point de changer puisqu’il est là pour se faire entendre.

«Jouer dans un endroit où je ne suis pas connu, c’est super excitant pour moi, explique le chanteur de 25 ans, de passage à Montréal pour quelques jours. À la suite de sa première visite en sol québécois à l’été 2016, Vianney est (déjà!) de retour au Québec. Il présente au public d’ici son premier album (Idées blanches) même si le deuxième (éponyme) sort sur les tablettes françaises dans les prochains jours. Un retour dans le passé que le chanteur trouve rafraîchissant. «Je redécouvre l’impact que mes chansons peuvent avoir sur des gens qui les écoutent pour la première fois. Ça me touche. Je repars à zéro, c’est le bonheur.»

Il reprendra cependant rapidement la route avec son deuxième opus. Dès 2017, Vianney repart faire les salles de spectacles françaises, dont le tristement célèbre Bataclan. À son agenda, il y a une date bien spéciale. Le 21 mars prochain, Vianney et son équipe débarqueront sur les planches de cette salle où, le 13 novembre 2015, des terroristes avaient tué une centaine de personnes. Pour eux, jouer au Bataclan est nécessaire.

«Faire une date au Bataclan, c’est militant. Faut être honnête, on ne gagne pas d’argent. C’est dur à remplir, le Bataclan, personne ne veut y aller. On avait le choix de faire quatre dates dans d’autres salles à Paris ou trois dates dont une au Bataclan. On a préféré faire trois dates», explique Vianney, visiblement ému par le sujet.

 

 

 

«C’est le chemin de la guérison de jouer dans une salle comme ça.» – Vianney, qui jouera au Bataclan le 21 mars 2017.

 

 

 

 

 

Ce ne sont cependant pas tous les membres de son équipe qui prendront part au spectacle. Certains ont perdu des amis, des proches, et ne désirent pas y retourner de sitôt. Pour Vianney, c’est tout le contraire. «Il faut y aller, ne cesse-t-il de répéter. Si on peut remplir la salle, faut y aller! Je sais que cette soirée va être folle. Ça va être très, très fort. C’est le chemin de la guérison, de jouer dans une salle comme ça.»

Des blessures à guérir, les Français en ont eu leur lot en 2015 et en 2016. Si une chose les a tenus solidaires, c’est bien la musique. Vianney a donné des concerts aux lendemains de chacun des événements tragiques qui ont affligé la France récemment. «On n’a jamais arrêté de jouer. Au contraire, ç’a été très militant de notre part de ne pas arrêter. Je ne suis pas un chanteur engagé; en revanche, quand on touche aux miens, évidemment que je deviens militant.» D’ailleurs, sur son deuxième album, qui sort fin novembre, Vianney se vide le cœur au sujet du Bataclan en y consacrant un morceau, lui qui propose habituellement des chansons d’amour sucrées.

Il ne faut pas se le cacher, les attentats du 13 novembre ont vivement marqué ceux qui avaient l’habitude d’aller voir des spectacles. Ils ont eu peur de se rendre à des concerts dans les semaines qui ont suivi, a remarqué Vianney, qui était alors en tournée. «Pendant trois mois, les gens n’achetaient plus de billets. C’était surprenant. Et puis, ils sont revenus. Il y avait une ferveur chez les gens. J’étais tellement ému», se souvient le chanteur avec beaucoup d’émotion.

La victoire des Français, de Vianney et de son équipe, ce sera ça : continuer d’aller voir des spectacles, comme d’habitude. Continuer d’aller au Bataclan, comme d’habitude.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2016

 

 

 

 

 

Le chanteur du groupe britannique Dead Or Alive Pete Burns est mort à l'âge de 57 ans, a annoncé lundi l'équipe gérant sa carrière.

« C'est avec la plus grande tristesse que nous devons annoncer la nouvelle tragique de la mort soudaine hier d'un arrêt du coeur foudroyant de notre cher Pete Burns », est-il écrit dans le communiqué.

« C'était un vrai visionnaire, une belle âme talentueuse et il va manquer à tous ceux qui aimaient et appréciaient tout ce qu'il était et tous les merveilleux souvenirs qu'il nous laisse ».

Le tube le plus célèbre de Dead Or Alive a été dans les années 80You Spin Me Round.

 

 

 

 

« En pleurs après la disparition de @PeteBurnsICON C'était un de nos grands et vrais excentriques et une partie tellement grande de ma vie ! Oh là là. Dur à croire ! », a quant à lui écrit sur Twitter le chanteur britannique Boy George.

Pete Burns, un travesti, était connu ces dernières années en Angleterre en tant que personnage de téléréalité à la suite notamment de sa participation à Celebrity Big Brother.

Il avait été à l'origine d'une controverse en apparaissant au cours de ce programme dans un manteau en peau de singe qui a été saisi par la police car interdit d'importation par la législation britannique.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 24 Octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Roger Waters, qui annonçait récemment que sa tournée Us + Them s’arrêterait au Centre Bell le 16 octobre 2017, offrira une seconde représentation de celui-ci le lendemain, 17 octobre 2017.

Les billets pour le second concert seront mis en vente samedi à 10 h.

La tournée Us + Them sera composée de classiques de son groupe Pink Floyd, quelques nouvelles chansons et des extraits de ses albums solo.

Ces spectacles marquent le retour de Roger Waters sur scène en Amérique du Nord, pour la première fois depuis The Wall Live (2010-2013).

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2016

 

 

 

 

 

 

Le pionnier du rock Chuck Berry a dignement fêté ses 90 ans mardi en annonçant la sortie surprise d'un nouvel album, son premier depuis près de 40 ans.

Sobrement intitulé Chuck, il a été enregistré dans des studios près de Saint-Louis, dans le Missouri, sa ville natale, et devrait sortir dans le courant de l'année prochaine.

Considéré comme un des créateurs du rock'n roll, Chuck Berry a aidé à façonner la culture populaire des années 1950 et le futur de la musique en alliant Rhythm&Blues, guitare country et un sens du spectacle unique sur scène.

Son succès Johnny B. Goode de 1958 reste à ce jour un des titres les plus reconnaissables de la musique populaire et a même été sélectionné pour figurer parmi les chansons emblématiques envoyées en 1977 dans la sonde spatiale Voyager à destination d'éventuels extraterrestres.

Chuck sera le premier album de Chuck Berry depuis 38 ans. Celui qui est décrit comme un des meilleurs guitaristes de tous les temps l'a dédié à sa femme Themetta Berry, avec laquelle il vit depuis 68 ans.

«Ma chérie, je me fais vieux! J'ai longtemps travaillé sur ce disque, maintenant je peux raccrocher», a indiqué le chanteur dans un communiqué.

Il a enregistré ce nouvel album avec son groupe et son fils Charles Berry Jr (à la guitare). Les musiciens connaissent le chanteur par coeur après avoir joué ensemble durant 20 ans du temps de ses spectacles au Blueberry Club à Saint-Louis.

Le groupe «est tombé pile dans le rythme et a suivi sa direction», a noté Charles Berry Jr.

Chuck Berry, qui a fait partie de la première classe de chanteurs à entrer au Temple de la renommée du Rock and Roll à Cleveland à son ouverture en 1986, va faire la promotion de son nouvel album par le biais de divers événements qui seront annoncés ultérieurement, selon sa maison de disque.

Au fil du temps, l'artiste s'est fait plus rare sur scène.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 19 Octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agnes Obel devient complètement transparente sur son nouvel album Citizen of Glass, une œuvre de miroirs et de chimères à la fois familière et étrangère.

C’est un peu le chaînon manquant entre Beach House et Joanna Newsom. Depuis son illustre Philharmonics en 2010 et Aventine trois ans plus tard, Agnes Obel dépeint des contrées magiques et cinématographiques peuplées d’images et d’émotions qui évoquent les rêves paradisiaques. Cette sensation de béatitude dans la solitude est toujours au rendez-vous sur son dernier disque, qui est transcendé d’un concept globalisateur.

«J’habite Berlin et j’ai découvert le gläserner bürger, cette idée que les humains sont faits de verre lorsqu’ils perdent leur intimité, explique en entrevue la chaleureuse chanteuse danoise. C’est quelque chose de poétique et de pur qui m’a immédiatement parlé, parce que j’ai parfois l’impression d’être faite de verre.»

 
Ce sentiment de transparence se répercute à tous les niveaux sur cet opus où le piano, les violons et le violoncelle côtoient cette fois le clavecin, le célesta et des claviers aux sonorités plus électroniques. Un peu comme si Björk faisait une valse avec Érik Satie. «Il y avait un désir de trouver de nouveaux instruments et des sons différents pour me rapprocher de ce que j’imaginais dans ma tête», avoue l’interprète.

Cet univers délicat qui s’articule toujours autour de mélodies simples demeure sans cesse sophistiqué, ne lésinant en aucun moment sur la douceur, l’élégance et la mélancolie. Les paroles riches de sens enivrent et réconfortent allègrement, touchant des sommets sur une pièce comme It’s Happening Again pour se lover à jamais dans l’inconscient.

«Je travaille beaucoup avec mon imagination et ma curiosité, qui sont mes principales motivations, éclaire la grande admiratrice du cinéma d’Ingmar Bergman pour tenter d’expliquer son processus de création. Si elles ne sont pas sollicitées, rien ne pourra être fait. Je tombe d’abord amoureuse d’une mélodie ou d’un son et j’utilise ce sentiment pour fabriquer mes chansons.»

 

 

«Quand j’avais 17 ans, j’ai vu un type enregistrer son propre album et ça m’a marquée. Je voulais que ça m’arrive. Je sens que je suis encore sous ce charme aujourd’hui. Créer mon propre univers, mon petit film avec des sons, c’est quelque chose qui donne un sens à ma vie et c’est une merveilleuse expérience.» – Agnes Obel, chanteuse

 

 

 

 

 

 

Choisir sa voix
Une des particularités de Citizen of Glass: Agnes Obel module son chant, se prenant presque pour Antony sur la pièce Familiar. «Je voulais un album où je pouvais chanter avec plusieurs voix, confie l’artiste. J’ai l’impression qu’on possède plusieurs voix, plusieurs identités selon le contexte où on se trouve. Familiar parle d’un fantôme et je voulais lui trouver une voix distincte, autre que le uuuuhhhh qui ne fonctionnait pas! Au fil de mes essais, une voix d’homme est apparue et c’était vraiment cool! C’est une immense sensation de découvrir qu’on n’est pas pris avec notre voix initiale.»

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Depuis sa participation à la toute première édition de La Voix,Jérôme Couture en a parcouru du chemin et présentait lundi soir sur la scène du National son deuxième opus, Gagner sa place.

Parmi les 12 nouvelles pièces, le premier extrait - My Sweetest Thing -, composé pour Audrey, la conjointe de l'artiste originaire de Jonquière, a trôné au palmarès pendant trois semaines à sa sortie l'été dernier.

Le protégé de Marc Dupré a pu compter sur l'expertise de son ancien coach, qui a assuré la direction musicale du nouvel album. Un mot de remerciement lui est d'ailleurs adressé dans le livret: «Un incommensurable merci à mon ami et collaborateur de s'être retourné il y a trois ans. Jamais je n'aurais pu imaginer qu'une amitié et une complicité créative si grande naîtraient de ce moment clé. Marc Dupré, merci pour tout. VRAIMENT!»

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 17 Octobre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À 65 ans, Phil Collins ne dit pas non à une réunion de Genesis. Alors qu'il se prépare à retrouver la scène en solo en juin prochain, le batteur de la célèbre formation se dit favorable à l'idée de retrouver ses anciens comparses, apprend-on de NME.

«Je ne voudrais pas que ce soit pour six mois ou une longue période. Mais je n'écarterais pas de faire quelque chose», a-t-il laissé savoir lors d'une conférence de presse tenue lundi en marge du dévoilement d'une série de quelques spectacles.

En juin 2017, Phil Collins est attendu au micro cinq soirs au Royal Albert Hall de Londres, trois autres sur la scène du Lanxess Arena à Cologne et deux entre les murs de l'AccordHotels Arena à Paris.

Cependant, le célèbre Britannique ne retournera pas derrière la batterie devant ses admirateurs. Il confiera cette tâche à son fils Nicholas, 15 ans.

«Je joue avec mes doigts et la dextérité n'y est plus... Je souhaite être capable de jouer In The Air Tonight parce que je devrais la proposer», a-t-il précisé.

C'est en 2007 que Genesis a présenté sa tournée d'adieu. La rédaction de son autobiographie Not Dead Yet qui doit sortir cette semaine a par contre fait revivre de beaux souvenirs d'amitié à Phil Collins du temps qu'il faisait courir les foules avec Peter Gabriel et les autres musiciens du groupe.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 17 Octobre 2016

 

 

 

 

 

SAINT-PAUL, Minnesota - Artiste ingénieux, donateur généreux mais surtout source de joie pendant des décennies: la mémoire de Prince a été célébrée jeudi par près de 20 000 admirateurs rassemblés chez lui, dans le Minnesota, pour le seul hommage public voulu par sa famille.

Le concert qui s'est tenu près de 6 mois après la mort de l'icône de la pop d'une surdose accidentelle d'un puissant antalgique, a commencé avec une surprise: un mot de Barack Obama.

«Merci Prince pour toutes les grandes choses que tu as accomplies. Tu resteras dans nos coeurs pour toujours», a dit le président des États-Unis, un fan inconditionnel, dans un bref message vidéo.

Pas de commémoration larmoyante pour celui qui avait érigé le funk en art, mais plutôt une parade de chanteurs, des proches du «Purple one», qui se sont produits devant une mer de 20 000 amateurs dansant, parés de pourpre, la couleur fétiche du musicien.

Chaka Khan, qui a ressuscité sa carrière de reine du funk grâce à l'aide de Prince, a interprété son fameux I feel for you tout en introduisant sur scène Stevie Wonder, accompagnant le morceau à l'harmonica.

La légende vivante de la soul - que Prince admirait comme un exemple à suivre - s'est lancé avec Chaka Khan dans un autre morceau chaleureux et entraînant dont Prince avait le secret: 1999.

Stevie Wonder a terminé sur Purple Rain, sous une pluie de confettis pourpre. «Il me manquera à jamais», a-t-il affirmé, rendant hommage à Prince qui «aimait chaque être humain» et «avait tellement de projets pour faire un monde meilleur».

 

 

 

Dans ce même esprit festif, l'ex-épouse de Prince et choréographe, Mayte Garcia, est venue exécuter une élégante danse du ventre sur scène, vêtue d'une jupe à imprimé léopard et d'un soutien gorge assorti, une épée en équilibre sur la tête.

La musique orientale qui rythmait la danse s'est ensuite métamorphosée dans le 7 de Prince.

Mayte Garcia ne s'est pas adressée à la foule, mais son sourire rayonnant ne laissait aucun doute sur ses sentiments.

L'hommage musical à celui qui est considéré comme l'un des plus grands musiciens de ce siècle et du précédent a commencé avec son ami d'enfance, Morris Day. Celui-là même qui a incarné à l'écran le rival de Prince dans son long métrage culte Purple Rain.

Day, habillé d'un costume orange s'est lancé avec son groupe The Time dans Jungle Love, sans doute son morceau le plus connu, que Prince avait co-écrit sous un pseudonyme.

 

 

 

 

RACINES

La foule semblait surtout composée de fervents admirateurs venus en voisins, comme il sied à un artiste qui, bien que l'un des plus connus au monde, avait choisi de rester proche de ses racines et sa ville natale de Minneapolis.

Le style funk de Prince était ainsi devenu le «Minneapolis sound».

C'est non loin de là qu'il est mort le 21 avril, dans sa résidence et studio d'enregistrement de Paisley Park. Sa famille a décidé de l'ouvrir au public et les premiers visiteurs ont pu y pénétrer la semaine dernière.

L'amour de Prince pour sa région natale contraste avec la relation distante d'un autre grand de la musique américaine et tout frais lauréat du prix Nobel de littérature, Bob Dylan. Lui aussi est né dans le Minnesota, mais ne s'y rend que rarement.

 

 

 

 

«JE DIS MERCI...»

Les chanteurs Luke James et Bilal ont réussi le tour de force d'imiter l'inimitable: la voix de Prince, dans une interprétation de Do Me, Baby.

Ana Moura, chanteuse portugaise et protégée dePrince est passée de ses propres chansons à "Little Red Corvette", en saupoudrant l'une des chansons les plus emblématiques de Prince d'un peu de la nostalgie du fado.

La nostalgie est devenue tristesse quand une autre de ses protégées, Judith Hill, a entonné The Cross, de l'album culte Sign o' the Times. Une chanson ouvertement religieuse.

«Je sais que Prince est vivant, qu'il va bien, qu'il est heureux maintenant», a dit la chanteuse.

À la fin de sa vie, Prince était actif parmi les Témoins de Jéhovah, mais il avait son propre style de foi.

Dans une vidéo, projetée pendant le concert, Prince rejette la notion que la foi doit être basée sur la peur du péché: «Je prie chaque soir. Je ne dis pas grand chose. Je dis juste merci».

 

 

 

 

 

20 000 admirateurs célèbrent la mémoire de Prince

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 12 Octobre 2016

 

Le populaire groupe britannique Coldplay a annoncé sur son compte Instagram mardi un concert supplémentaire à l'occasion de son arrêt à Montréal.

Coldplay avait initialement prévu un seul spectacle au Centre Bell, le 8 août prochain dans le cadre de sa tournée A head full of dreams.

Mardi, le groupe a annoncé qu'il prolongerait son séjour dans la métropole le temps d'un autre concert, soit le mercredi 9 août 2017.

 

Les billets seront en vente à compter de samedi, à midi. Les moins chers se vendront 39,75 $ alors que les plus chers coûteront 222,50 $.

Outre Montréal, Coldplay fera des arrêts à Toronto le 21 août, à Edmonton le 26 septembre et à Vancouver le 29 septembre.

Les concerts de la populaire formation mettront fin à une interruption de cinq ans sans spectacle dans la métropole. La dernière prestation du groupe remontait à 2012.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2016

 

Le groupe Depeche Mode a annoncé mardi à Milan le lancement en 2017 d'un nouvel album baptisé Spirit, assorti d'une grande tournée qui commencera le 5 mai à Stockholm.

Cet album, attendu début 2017, sera le quatorzième du groupe britannique.

La première partie du Global Spirit Tour, du 5 mai au 23 juillet, compte 32 dates. Elle passera par 21 pays d'Europe, dont la France (Nice, Lille et Paris), la Belgique, la Hongrie, la Slovaquie, la Russie, l'Allemagne, l'Italie ou encore le Portugal, a précisé Depeche Mode lors d'une conférence de presse à laquelle se sont pressés des dizaines de journalistes du monde entier.

 

 

 

The Global Spirit Tour - Starting May 5, 2017. Visithttp://depechemode.com  for full details and tour dates.

 

 

La tournée se poursuivra ensuite, selon des dates non encore précisées, en Amérique du Nord et du Sud.

Les artistes britanniques, icônes de la new-wave dans les années 80-90, avaient fait monter le suspense auprès de leurs fans, avec un compte à rebours affiché sur leur site officiel annonçant le rendez-vous milanais.

Depeche Mode, formé en 1979 à Basildon (Grande-Bretagne), a fait danser des générations entières sur les titres new wave Just Can't Get enough,People are people, Master and Servant ou Strangelove.

Le groupe aux plus de 100 millions d'albums vendus a aussi connu un immense succès avec Violator (1990), qui comprend notamment les tubesPersonal Jesus et Enjoy the Silence.

Le dernier album du groupe, Delta Machine, remontait à 2013, et était emprunt de blues, avec des synthés quasi métalliques. Il avait donné lieu lui aussi à une vaste tournée mondiale, à laquelle ont assisté plus de 2,5 millions de fans.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0