Publié le 30 Novembre 2016

 

 

 

 

Le succès de la pièce Uptown Funk avait placé la barre haut pour lui, mais Bruno Mars a confiance en son nouvel album, 24K Magic.

Vous venez probablement tout juste de réussir à vous sortir la mélodie d’Uptown Funk de la tête, et voilà que celui qu’on pouvait entendre sur le tube de 2014 est de retour. À 31 ans, Bruno Mars donne suite au mégasuccès de Mark Ronson ainsi qu’à son propre premier album lauréat d’un Grammy, Unorthodox Jukebox, avec 24k Magic. L’auteur-compositeur-interprète américain parle de ce nouvel opus R&B dont le son semble sortir des années 1990.

 

 

 

Tout ce que vous touchez en musique semble se transformer en or…
J’ai parcouru un long chemin et fait plusieurs sacrifices, alors je savoure chaque moment de ma carrière. Rien n’est arrivé sans travail; j’ai connu des périodes difficiles. Je suis reconnaissant du succès que j’obtiens actuellement, mais il se poursuivra uniquement si je continue à être discipliné et si je ne m’asseois pas sur mes lauriers. Il ne faut pas oublier que tout ce qui brille n’est pas de l’or. [Rires]

 

 

 

 

Comment décririez-vous le son de 24K Magic?
J’avais plusieurs idées en tête quand je composais l’album, et les transformer en chansons n’a pas été facile. Je suis très influencé par les années 1990, et le hip-hop est souvent à l’avant-plan. On y trouve une chanson que j’ai écrite avec Babyface. C’est assurément un album très dansant.

 

 

 

 

Quelle est votre plus grande vertu?
Être capable de résister, de ne jamais arrêter de me battre. J’ai toujours pris des risques afin d’évoluer – je veux simplement écrire les meilleures chansons possible. Dès mon plus jeune âge, j’ai été à contre-courant des modes et, face aux obstacles, j’ai toujours été un peu têtu. Maintenant, j’ai la chance de faire ce que je veux, et il faut que je me serve de cet aspect de ma personnalité. Je travaille à ma nouvelle tournée [qui s’arrêtera à Montréal à la fin août l’an prochain] et j’aime surprendre les gens avec du visuel et des chorégraphies. Je suis un musicien en quête de perfection sur scène, et je crois que ça fait en sorte que les gens qui ont investi dans un billet de concert en sortent satisfaits.

 

 

 

 

Vous avez partagé la scène avec de grands noms de la musique. Qui vous a le plus surpris?
Ils ont tous été chouettes, de Beyoncé à Coldplay, mais celle qui m’a surpris, c’est Adele – elle a quelque chose de spécial… Nous étions assis dans un grand fauteuil face au piano, tout simplement : parfois, les choses les plus simples sont les plus marquantes.

 

 

 

 

Menez-vous une vie folle?
Je suis heureux parce que je partage ma vie avec ceux que j’aime, et que je fais ce que j’aime. Je ne fais rien qui puisse nuire à ce que j’ai accompli. Et ça m’a pris beaucoup de travail pour intéresser les gens à ma musique, donc je ne peux pas me permettre d’erreurs qui pourraient mettre ma situation en péril. La folie que je me permets, c’est de devenir un fan quand je vois quelqu’un que j’admire. Un jour, à une cérémonie, j’étais assis juste en face de Prince, que j’admirais. Soudain, il s’est tourné vers moi et a levé un pouce. J’étais abasourdi, je me suis dit qu’il devait s’adresser à quelqu’un derrière moi; donc je ne me suis pas retourné et je suis parti avec l’idée que ce moment m’appartenait, à moi seul.

 

 

 

 

Quels musiciens ramèneriez-vous à la vie?
Sans aucun doute Elvis Presley, Jackie Wilson, James Brown et Michael Jackson.

 

 

 

 

 

Vous ennuyez-vous du passé?
Non, mais ce que je changerais de l’époque actuelle, c’est la manière dont nous apprécions un concert. Avant, nous allions à un spectacle, et seuls nos yeux et nos oreilles étaient témoins de ce moment. Je ferais n’importe quoi aujourd’hui pour que tout le monde laisse ses caméras et ses téléphones à la maison avant de venir à un spectacle. Tout le monde veut tout enregistrer. Ça m’énerve de voir des extraits de spectacles sur YouTube, alors que les personnes qui les ont filmés y étaient, et n’en ont pas profité. Je vais sur scène pour partager avec le public ce que j’aime faire le plus au monde.

La touche magique de Bruno Mars.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 29 Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Folk métissé
Piers Faccini
I Dreamed An Island      
Note: 

Alors que la tendance semble être à la construction de murs le long des frontières, Piers Faccini chante sur une musique entraînante : «Bring down the wall, break it… Stone by stone!» Le prolifique artiste britannique d’origine italienne, qui vit en France, s’est inspiré pour cet album de la Méditerranée et des diverses cultures qui ont vécu, au fil des siècles, en périphérie de cette mer située au croisement de trois continents. Sur cette île rêvée par l’artiste se trouvent 10 superbes pièces folk aux influences métissées et au son raffiné, formant un album d’une grande richesse.   – Marie-Lise Rousseau

 

 

 

 

 

  Jazzy
Andrea Lindsay
Entre le jazz et la java
Note: •••½

Andrea Lindsay a créé un opus rempli de bonheur et de joie de vivre (peut-être est-ce parce qu’elle était enceinte pendant l’enregistrement?). Dès les premières notes, on est conquis par sa douce voix joyeuse et ses airs jazzy. Sur ce disque, elle reprend des chansons de Serge Gainsbourg, de Diane Tell et même de Boris Vian. Elle n’offre cependant qu’un titre original, Boom Goes My Heart, qui est aussi la seule chanson en anglais de l’album. À mettre dans le lecteur CD quand on a une mauvaise journée.  – Virginie Landry

Atmosphérique
Echoes From Jupiter
Kosmonavt
Note: •••

Kosmonavt est un album instrumental. Il n’y a aucune parole. Ceci dit, les étonnantes ambiances musicales créées valent la peine d’y prêter l’oreille. Le rock expérimental/alternatif du groupe de Québec est quasi-méditatif. La structure des chansons ressemble à celle de l’album entier : on commence en douceur, laissant planer des sons de claviers atmosphériques. Ensuite, on punche avec de la grosse guitare et de la basse bien sentie. À consommer les yeux fermés pour en apprécier les subtilités. – Virginie Landry

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Album CD

Repost 0

Publié le 23 Novembre 2016

Après Chic de Ville paru en 2013, voilà que Daniel Bélanger lancedès vendredi son dixième opus en carrière (mais neuvième en studio): Paloma.

La semaine dernière, l'auteur-compositeur-interprète présentait d'ailleurs un premier extrait intitulé Il y a tant à faire.

On y reconnaît bien le style «groove» de l'interprète d'Opium avec cette chanson entraînante, un brin mélancolique et pessimiste, remplie de guitare, de voix en choeurs et de sonorités atmosphériques.

Le refrain résume d'ailleurs bien les thèmes du temps et de la vie: «Il y a tant à faire / Mais ce n'est pas ridicule / C'est comme si c'était facile / S'immiscer dans la lumière / D'une longue nuit de l'hiver.»

Pour l'écouter, c'est ici.

Paloma compte 10 titres, tous composés par Daniel Bélanger, qui a également produit et réalisé l'album, selon Le Journal de Montréal.

Nouvel album de Daniel Bélanger dès vendredi.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Album CD

Repost 0

Publié le 22 Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le groupe britannique Coldplay devrait donner naissance au successeur de A head full of dreams en 2017.

Le groupe de Chris Martin a fait savoir via Twitter, qu'un nouvel album sortira en 2017. Ce nouvel opus a d'ors et déjà un nom: Kaleidoscope ep. «Bonjour tout le monde. Nous sommes en train de travailler sur de nouvelles chansons pour l'année prochaine. Cela s'appelle Kaleidoscope ep», a écrit le groupe sur le réseau social.

 

Hello everyone, we're working on some new songs for next year. It's called the Kaleidoscope ep. We hope you're well, love cm 

 

 

Le dernier album de Coldplay, A head full of dreams, est sorti en décembre 2015 et s'est vendu à plus de quatre millions d'exemplaires rapporte le New Musical Express (NME).

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Album CD

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1997, les Spice Girls dominaient le monde avec leurs chansons, leurs couleurs criardes et leur Girl Power. Mais avec cette vidéo devenue virale cette semaine et rapportée par Noisey, elles prouvent que leur slogan n’était pas que façade.

Dans le cadre d’une association avec Polaroid, les Spice Girls avaient leur «Spice Cam». Pour faire connaître leur caméra, elles ont tourné une publicité «artistique» fort ambitieuse. La voici.
 
 
Or, une vidéo des coulisses de ce vidéoclip est devenue virale cette semaine. Publiée par le compte Twitter I don't know her, on y voit que les Spice Girls n’hésitaient pas à exprimer leur désaccord quand elles ne se sentaient pas respectées, en plus de faire front commun quand elles n'étaient pas écoutées.
 
 
Comme si représenter cinq filles en écolières n’étaient déjà pas assez cliché, le réalisateur a demandé à Mel B de montrer un peu plus de décolleté et un peu plus de son ventre, car c’est «le fantasme de tous les gars» (argumentaire renversant).
 
Mel B lui répond qu’il peut aller se faire foutre et c’est Geri qui reprend le relai. Elle va directement voir le réalisateur (qui, avec son polo jaune-vert, n’est certainement pas en position de dire ce qui est sexy) en lui disant que c’est la stratégie la plus facile, sans profondeur et que ce n’est pas l’exemple à montrer. Ce à quoi le réalisateur répond que c’est bien évidemment l’exemple à montrer... aux garçons! (Un autre argumentaire renversant.)
 
Victoria prend les lunettes du réalisateur (avec cette ligne fabuleuse: «il ne fait même pas soleil, arrête de prétendre que tu es cool!»). Mel B revient à la charge en disant «dis-nous une bonne raison de faire ça et on va peut-être la considérer».
 
En somme, ne dites pas aux Spice Girls quoi porter, c’est elles qui décident. Merci, bonsoir.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 21 Novembre 2016

 

 

 

 

Lady Gaga a partagé une photo d'elle avec une main de médecin sur l'épaule sur Instagram vendredi (18 novembre 16), mais n'a pas donné plus d'informations sur son état.

« Je passe une journée frustrante avec une douleur chronique, mais j'ai tellement de chance d'avoir des doctoresses si fortes et intelligentes », a-t-elle simplement écrit. Elle a également cité sa tante décédée, Joanna, qui a inspiré le titre de son dernier album. « Je pense aussi à Joanne, à sa force et la journée est un peu plus simple, a ajouté Lady Gaga. Puis, j'ai @wanaynay (son manager Bryan Campbell) à mes côtés. »

Lady Gaga a ensuite partagé un mantra personnel, des paroles de sa chanson Hey Girl, en duo avec Florence + the Machine: « Hey Girl, we can make it easy if we lift each other ».

La période n'est pas idéale pour Lady Gaga, puisqu'elle doit se produire lors des Amas dimanche et ensuite se rendre à Paris, pour chanter durant le défilé Victoria's Secret, qui se tiendra dans la capitale française le 30 novembre. Elle doit ensuite se préparer pour sa performance durant le show de la mi-temps du Super Bowl au mois de février.

Elle va par ailleurs interprété Donatella Versace dans Versace/Cunanan: American Crime Story, dont le tournage débute en 2017. Ryan Murphy, le créateur du show, a confirmé la nouvelle ce mois-ci, révélant que la star d'American Horror Story: Hotel était son premier choix pour jouer Donatella Versace dans le projet.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2016

 

 

 

David Thibault chantera sur un album consacré à Disney.

Le jeune québécois avait littéralement ébloui la France lors de son passage à The Voice, l'adaptation française de l'émission américaine.

En véritable fan d'Elvis Presley, David Thibault s'était glissé dans la peau du King pour séduire les coachs, le menant ainsi jusqu'à la finale. Il n'a peut-être pas gagné de façon officielle, mais Thibault est sans conteste ressorti gagnant de cette aventure.

À seulement 17 ans, le premier album éponyme de David Thibault a été très prometteur. C'est dans un genre complètement différent de celui très propre à Elvis Presley que le québécois cherche à s'illustrer . Pour y parvenir, voilà que sa présence a été confirmée sur le troisième album de la série We Love Disney.

Et quoi de mieux que la chanson Je voudrais déjà être roi, tirée du film Le roi lion, pour laisser exprimer toute l'ambition du jeune québécois ?

«Ils ont fait une version qui me ressemble, avec une touche rétro, mais qui rejoint quand même l'univers de Disney», a affirmé David Thibault au Journal de Québec, par téléphone.

Une publication Instagram du jeune homme est venue confirmer l'information, ajoutant qu'il était «très fier de faire partie du troisième album de We Love Disney

L'album, sortira le 18 novembre prochain et, outre David Thibault, les fans pourront également retrouver l'Acadienne Natasha St Pier, qui signe, elle aussi un titre pour We Love Disney, troisième édition.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Hospitalisé depuis le 5 novembre dernier, à la suite d'un arrêt cardiaque, le bluesman Bob Walsh a rendu l'âme aujourd'hui, a confirmé son relationniste Simon Fauteux. Le musicien était entouré de ses proches. Il allait fêter son 69e anniversaire de naissance le 24 novembre prochain.

Les détails concernant les funérailles n'ont pas encore été dévoilés. Mais selon M. Fauteux, la cérémonie devrait avoir lieu la semaine prochaine.

Le musicien qui a trimbalé sa guitare dans les bars et les festivals pendant plus de 40 ans souffrait de troubles cardiaques depuis plusieurs années.
 
Son frère Donald avait donné des nouvelles de son état de santé le 12 novembre dernier sur sa page Facebook, rapportant que le guitariste et chanteur gisait entre la vie et la mort, et qu’on allait prendre ou non lundi la décision de «mettre fin à tout support qui le maintenait en vie».
 
«Les médecins ont constaté qu’une partie seulement de son cerveau fonctionne encore», avait-il écrit après avoir annoncé sur le réseau social le 5 novembre que son frère reposait dans un coma après une crise cardiaque.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Triple pontage
 
Ses ennuis de santé avaient d’ailleurs forcé Bob Wash à reporter plusieurs spectacles l’été dernier. En 2013, il avait dû subir un triple pontage coronarien, puis deux autres opérations en raison de complications.
 
En avril 2015, alors qu’il remontait la pente, l’artiste avait lancé son 11e album en carrière, «After the Storm». La chanson titre de l’opus était d’ailleurs dédiée à sa conjointe Maddy, à son chevet pendant sa convalescence.
 
Dix ans plus tôt, ce sont des problèmes circulation sanguine – un caillot de sang à la jambe - qui l’avaient affligé, le contraignant à annuler le lancement de son album «Bob Walsh Christmas», qu’une tournée en France devait suivre.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Débuts à la fin des années 1960
 
C’est à la fin des années 1960 que Bob Walsh a fait son entrée sur la scène musicale, d’abord au sein d’un ensemble de danse, le Blues Boys Band. Dans le Vieux-Québec, les bars Élite et Harmonique lui ont servi de vitrine. Membre du groupe Contrebande vers 1977, il a formé peu de temps après le Devito Walsh Band avec André Devito, ancien guitariste du groupe Ungava.
 
Des les années 1980, l’amoureux du blues adoptera souvent la formule en duo pour fouler les planches, notamment avec Billy Craig ou avec Guy Bélanger à l’harmonica. À cette époque, il a ajouté une corde à son arc en signant la musique de trois films du réalisateur Yves Simoneau: «Dernier voyage» (1981), «Les yeux rouges» (1982) et «Pouvoir intime» (1986),dans lequel le guitariste et chanteur fait même une apparition.
 
Bob Walsh a dû rouler sa bosse pendant 25 ans avant d’enregistrer son premier album en 1996, constitué de pièces originales, dont «Cookie You», «Coffee Pot» et «Mon calendrier».
 
 
 
 
 
 
 
 
Récompenses
 
Pour souligner le 25e anniversaire du Festival international de Montréal à l’été 2004, l’artiste avait frappé un grand coup en lançant un album hommage aux compositeurs canadiens. Parmi les grands bluesmen qui ont accolé leur nom au projet , notons Jimmy Bowskill, Jack de Keyser, David Gogo, Dawn Tyler Watson, Breen LeBoeuf et Martin Deschamps, ces deux derniers unissant leur voix à celle de Bob Walsh sur le classique d’Offenbach, «Mes blues passent pu dans porte».
 
En 2003, l’ADISQ avait décerné à Bob Walsh le Félix de l’artiste québécois s’étant le plus illustré dans une autre langue que le français. Il a de plus reçu le Blues with a Feeling Lifetime Achievement Award de la Toronto Blues Society en 2013.

En collaboration avec l'Agence QMI

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Musique

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

Brian May et Roger Taylor travaillent depuis longtemps maintenant avec Adam Lambert, chanteur découvert grâce à la téléréalité American Idol. Le jeune artiste les accompagne en tournée pour interpréter les titres initialement chantés par le regretté Freddie Mercury.

Aujourd'hui, le groupe renouvelé envisage de sortir un album. «Si nous faisons quelque chose dans le futur, ce sera quelque chose de nouveau, a indiqué Roger Taylor à Planet Rock. Je ne sais pas à quel point ça sonnera nouveau, mais je pense que Brian pourrait arriver avec une chanson ou deux qui correspond, dans un sens...»

Adam Lambert tourne avec Queen après avoir joué avec eux sur le plateau d'American Idol en 2009. Il est depuis un membre officiel du groupe.

«Nous adorons jouer avec Adam Lambert, qui est un chanteur incroyable et un homme délicieux», a ajouté Roger Taylor. Cependant, tous les plans qui concernent Queen sont en suspens tant que le guitariste Brian May se bat contre «une maladie persistante», qui l'a forcé à remettre à plus tard tous ses engagements. «Je dois m'effacer et (mettre la priorité) sur la guérison, avait-il dit dans un communiqué. Parfois, on n'a pas le choix.»

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0

Publié le 16 Novembre 2016

 

 

 

 

 

 

 

Après s’être arrêté au Centre Bell en juillet dans le cadre de sa tournée commune avec Peter Gabriel, Rock Paper Scissors, le chanteur britannique Sting sera de retour à Montréal le 6 mars, cette fois sur la scène du Métropolis.

L’ancien leader de The Police a lancé vendredi son nouvel album 57th & 9th, dont il présentera les pièces au cours de ce concert.

La tournée nord-américaine 57th & 9th débutera le 1er février à Vancouver.

Les billets seront mis en vente le 21 novembre à 10 h.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #musique

Repost 0